Spectacles et concerts

Enseignement et Recherche

Arbecey

Spectacles chronologie

La vie rêvée d’Aimé
(1999)

Création jeune public

Direction artistique Mark Tompkins
Scénographie et Costumes Jean-Louis Badet
Lumières David Farine
Musique J.Dassin, R. Ventura M. Boogaerts, M. Delpech,
J. Dutronc, J. Imbert, P. Poirier, N. Rebelo, J. Beal / J. Booth
Administration et diffusion Amelia Serrano

 

Avec

La famille M
Hubert Bernard Thiry
Marie-Jeanne Françoise Leick
Kurt Jörg Müller
Brigitte Cendrine Gallezot

La famille N
Henri-Claude Eric Domeneghetty
Bernadette Régine Westenhoeffer
Autie Karim Sebbar
Petra Antje Schur


Création le 27 avril 1999 dans le cadre de la Résidence Strasbourg Danse

Durée 1h


La famille, celle qu’on M sur fond de N. L’adolescence, ses troubles, ses illusions, ses vérités dérangeantes. La vie rêvée d’Aimé raconte avec un humour grinçant l’histoire de nos vies quotidiennes. Parents censeurs, enfants terribles, situations cocasses ou cauchemardesques, névroses et obsessions, tendresse et frictions, sont mises en scène dans un décor “boîte à malices”. Portrait d’une famille plus vraie que nature, caricature d’une société “modèle” ou modèle d’une société “caricature”, Mark Tompkins nous tend le miroir de nos vies sous forme de comédie musicale à la française. Un spectacle joyeux, ludique, débordant d’énergie, de simplicité et de fraîcheur.

La vie rêvée d’Aimé est un spectacle conçu pour le jeune public et avec le jeune public qui a participé au processus de création, dans le cadre d’une résidence de la Compagnie à Strasbourg de septembre 1998 à juin 2000. La création s’est effectuée à partir des thèmes abordés dans un projet de sensibilisation, “La famille M”. S’il peut être vu par tous les âges, ce spectacle s’adresse avant tout aux adolescents, dont les interrogations, les intérêts spécifiques et l’énergie sans concession auront nourri le travail au sein des groupes UNSS danse des collèges impliqués dans ce projet.


EXTRAITS DE PRESSE

“...Mark Tompkins règle une sitcom orageuse, dans laquelle la danse des Spermatos et des Cigognes trouvent le bon tempo... Entre polyphonie et cacophonie, La vie rêvée d’Aimé boucle son sujet tout en le décalant juste ce qu’il faut. Un zeste de crudité, trois doigts de cruauté et un décor magique de Jean-Louis Badet....”

Rosita Boisseau, Le Monde, 1er décembre 2000

 

“…Le danseur américain, qui s’essaye à un spectacle “jeune public” pour la première fois, a manifestement tapé dans le mille du trouble adolescent....”

Maïa Bouteillet, Libération, 25 mars 2000

 

“…La vie rêvée d’Aimé regorge de joie de vivre et d’une spontanéité très enfantine. Un spectacle à voir en famille et où vous retrouverez peut-être quelques traits de la vôtre...”

Carole Schnitzler, Les Saisons de la Danse, septembre 1999

 

“...Démonstration au tableau noir oblige, la joyeuse humeur que le chorégraphe affiche depuis Home ne se dément pas. A la vitesse d’une bande rembobinée, la petite lorgnette fouineuse de Mark Tompkins picore aussi bien du côté de la sociologie que celui des biotechnologies, livrant au spectateur un aperçu du chaos des lignages...”

C. Müller, Danser, juin 1999

 

“Exquises esquisses d’une vie ordinaire, avec enfants terribles, parents censeurs et cauchemars psychomoteurs. Décors en kit et accessoires Kitsch, parfaits, de Jean-Louis Badet. Ni danse ni théâtre, moitié péplum moitié sitcom : Dupont-la-joie est ici chez lui. Dans la série des grandes familles du petit écran, nous avions les Simpson, Adams, Crosby, Deschiens et compagnie. Il faudra désormais y compter la Famille M. – Tompkins - dont nous sommes tous de près ou de loin...”

G. Cazenove, DNA, 8 juin 1999

 

“... La vie rêvée d’Aimé, comédie musicale avant d’être une chorégraphie, est une superbe réussite. Et un vrai bonheur. Mark Tompkins a-t-il toujours un coeur d’enfant ? Affirmatif. Car ce n’est pas un coeur d’adulte quelque peu racorni qui peut susciter sur une scène un spectacle qui respire autant de fraîcheur et d’humour espiègle. Il n’y a pas une once de lourdeur, une seconde d’ennui au fil des petits événements jalonnés de gags pétillants et que les interprètes de cette “vie rêvée” servent à la manière d’un conte qui prend source dans un quotidien aussi farfelu que réjouissant ! Et oui, qu’est-ce qu’on attend pour être heureux.”

Igor, Hebdoscope, du 19 au 25 mai 1999

 

“Spectacle bondissant et jubilatoire, la vie jouée, chantée, dansée et rêvée d’Aimé a séduit tous les publics... Le délire est réel. Dans un décor kitsch, volontairement très appuyé, les vertus traditionnelles de la famille s’envolent en chansons. La satire domestique et familiale bat alors son plein. Tour à tour, dans un cadre aux ressources scéniques multiples, cette comédie musicale aux accents chorégraphiques réserve de nombreuses surprises hilarantes et grinçantes...”

Gilbert Jean, Dauphiné Libéré, 31 mars 2001

 

“... La caricature est plus vraie que nature ! L’humour est sans cesse présent, léger, savoureux...Tout cela est tonique à souhait... Le public a pleinement adhéré à la démarche de Mark Tompkins. Il a longuement ovationné les comédiens-danseurs. Il en était tout à son bonheur.”

Centre-France, La montagne, 6 mai 2000

 

“C’est à un véritable festival d’humour que s’est livrée la compagnie I.D.A. avec La vie rêvée d’Aimé.  Mélangeant les genres sans aucune gène, le spectacle donne une vision originale et pleine d’entrain des familles et de leurs tabous,. Les sketches se succèdent à un rythme soutenu entraînant le public de surprise en surprise. L’ouverture se fait sur des éclats de rires auxquels le public ne saurait résister et le mène ainsi jusqu’au rock and roll final.”

E.V, Le Bien Public Les Dépêches, 24 mars 2000

L'utilisation des textes et photos présentés sur ce site sont protégés par les règles relatives à la propriété intellectuelle. Merci de nous contacter pour toute utilisation ou reproduction, même partielle, des éléments de ce site.

La Cie I.D.A. Mark Tompkins est subventionnée par la DRAC Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l'Aide à la compagnie et par la Ville de Paris.

© 2017 I.D.A. Mark Tompkins | Mentions légales | admin | Création web arborescencia