Spectacles et concerts

Enseignement et Recherche

Arbecey

LULU une opérette de circonstance

LULU

une opérette de circonstance

(2008)

LULU une opérette de circonstance

avec
Alexandra Sarramona : Lulu
Mark Tompkins : les Autres

Direction artistique, Livret et Paroles : Mark Tompkins
Direction Musicale et Orchestration : Nuno Rebelo
Musique : Nuno Rebelo avec Mark Tompkins

Scénographie et costumes : Jean-Louis Badet
Vidéo : Gilles Toutevoix et Jeff Denisse Philippot
Lumière et régie générale : Rodolphe Martin
Régie son : François Piednoir

Travail de jeu : Eric Domeneghetty
Travail de voix : Evelyne Menaucourt
Oeil Exterieur : Frans Poelstra
Administration, diffusion : Amelia Serrano
Assistante administration : Sandrine Barrasso

Musiciens / bande son :
Rita Franco – violon, Teresa Fernandes – alto
Teresa Rombo – violoncelle, Pedro Wallenstein – contrebasse
Paulo Curado – flûte, Andrew Swinnerton – hautbois
Joaquim Ribeiro – clarinette, Carolino Carreira – basson
Johannes Kriegger – trompette, Eduardo Lala – trombone
Augusto Rodrigues – cor, Nuno Rebelo – guitare électrique, percussions


Création le 14 novembre 2008 au Théâtre Pôle Sud à Strasbourg

LULU
LABYRINTHE LULU
LULU est un drame musical, une tragédie contemporaine, une opérette de circonstance qui évoque les trajectoires des êtres qui cherchent l'amour, et ne comprennent pas pourquoi le monde qui les entoure le leur refuse. Construit à partir du personnage mythique de Lulu, et s'inscrit dans la danse du désir qu'elle mène, porteuse d'un destin transfigurateur, face aux autres qui ne peuvent aimer ni être aimés.

Les sources du projet sont principalement l'oeuvre de Wedekind et le film de Pabst, qui servent de références, d'appuis et d'inspirations pour les chansons et les actions scéniques. Cependant nous nous sommes plus intéressés à l'espace mental que représentent Lulu et ses partenaires qu'à l'histoire. Faire un travail aujourd'hui à partir du matériau de Lulu demande à se repositionner, moins par rapport à la légende de la femme fatale, et plus en relation avec la question du désir.

LULU est donc un duo d'amour chanté et dansé par une femme et un homme : « les Autres ». En effet, Mark Tompkins chante toutes les autres voix (Schön, Alwa, Schligoch, Jack l'Eventreur). En réduisant les protagonistes à une femme et un homme, nous les faisons entrer dans un espace symbolique et en démultipliant leurs images par la vidéo, nous fabriquons « le labyrinthe Lulu».

Au centre Lulu, personnage protéiforme, héroïne de la passion de son désir qu'elle vit jusqu'au bout. Jusqu'à la perte. Face à elle, « les Autres » : les siens, les nôtres, peuple désirant de nos pulsions, tout ce peuple de nous qui souffrons d'amour, de ne pas savoir aimer ou être aimé. Nous spectateurs de notre Lulu intime, nous voyeurs inconsolables du désir de l'autre, nous regardeurs du spectacle d'une femme à bout portant d'elle-même.

« Nous pouvons tous encore devenir fous », écrit Wedekind. Et c'est bien de cela qu'il s'agit. Fous du désir qui nous tient et nous fait vivant si fiévreusement, si tragiquement. Folie du désir de vivre bien sûr, mais avant tout phénoménal désir qui cherche inlassablement l'amour. Vouloir être aimé au risque de la vie même ! C'est tout le drame de Lulu et des êtres qu'elle attire dans son irrésistible passion. Car « elle ne peut pas vivre de l'amour puisque c'est sa vie qui est l'amour. » Alors Lulu brûle. Et c'est ce feu, le flux de cette tragédie-monstre.

LULU





L'utilisation des textes et photos présentés sur ce site sont protégés par les règles relatives à la propriété intellectuelle. Merci de nous contacter pour toute utilisation ou reproduction, même partielle, des éléments de ce site.

La Cie I.D.A. Mark Tompkins est subventionnée par la DRAC Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l'Aide à la compagnie et par la Ville de Paris.

© 2017 I.D.A. Mark Tompkins | Mentions légales | admin | Création web arborescencia