Spectacles en tournée

ANIMAL Mâle
(2005)

Direction Artistique Mark Tompkins
Scénographie et Costumes Jean-Louis Badet
Lumière David Farine
Régie générale David Farine ou Rodolphe Martin

Collaboration à la mise en scène
Frans Poelstra
Musique – chansons de Mark Lewis and the Standards
Composées par Nuno Rebelo et Mark Tompkins
The Standards : Mark Tompkins, Nuno Rebelo, Vitor Rua, Alex Cortez, Samuel Palitos
E
ntraîneur Lutte Marco de Paola
Administration, Diffusion Amelia Serrano


Avec
L’Arbitre Mark Tompkins
Zob Jean-Louis Badet
Dave  David Farine
Captain Kavern Rodolphe Martin

Les Lutteurs
Il Gatto Jules Beckman
Jamon Joris Camelin
Le Missionaire Eric Domeneghetty
Viandox Michaël Hallouin
Trepanator Matthieu Perpoint


Création le 11 octobre 2005 aux Subsistances à Lyon

Durée 1h15


Textes : Ralph Waldo Emerson, Adolf Hitler, Cantique Catholique
Musiques : Mark Lewis and the Standards : Blind Sight, Rub the Steak, Stay Alive, Blind Date
Nikolai : Ready To Flow, New York Dolls : Personality Crisis

ANIMAL est une fable contemporaine sur les Forces du Bien et du Mal, sur le faux mensonge et le vrai faux-semblant, le sacrifice, le renoncement du sens, l’accueil de l’innommable. Plonger, encore et encore, dans les perceptions, les sensations, là où tout frémit. Ne surtout pas s’attarder, ni s’agripper, mais embrasser le passage, naviguer dans les systèmes, rendre visible la circulation, accoucher des images complexes qui naissent et meurent, nous laissant heureusement stupéfaits, peut-être gênés, sûrement troublés.

La dramaturgie du spectacle repose sur la rigueur toute protestante de l’arbitre et les pulsions instinctives et délirantes des animaux humains. Le rôle ambigu de l’arbitre se heurte à la résistance des corps des lutteurs. Il s’établit alors un va-et-vient entre la morale du « dominant » qui asservit et la permanence de l’instinct de vie ou de survie.

Le public, assis sur trois côtés de l’arène de combat, proche de l’action, assiste comme un jury à une séance d’autopsie, à la fois témoin, voyeur, engagé et amené à prendre parti.

 

 

EXTRAITS DE PRESSE


Lutte finale

"… On a une fois de plus droit à un spectacle singulier, à la fois simple d’accès et complexe dans ses intentions, divertissant et dérangeant dans le même mouvement... Tompkins devenu arbitre, en a le sifflet coupé et il n’y aura pas de gagnant dans ce struggle for life pas si métaphorique que ça... La tension, palpable d’un bout à l’autre, n’endigue pas le plaisir ; à moins que ce ne soit le plaisir étrange ressenti devant ce spectacle hors norme qui, à la longue, nous fasse glisser vers une angoisse latente ?"

CC, Le Petit bulletin, 12 octobre 2005


Tompkins, bête de scène

"… Le spectacle est rugueux, viril et grinçant. Il est aussi drôle et émouvant. Comme souvent chez Mark Tompkins, la machine-danse, déglinguée et déjantée, y roule à tombeau ouvert, dérape, se renverse au propre comme au figuré, accueillant à son bord toutes sortes d’éléments étrangers - le tout dans une grande économie de moyens scénographiques. On conseille donc vivement ANIMAL à tous ceux qui se rendent dans une salle de spectacle pour y être surpris et pas forcément caressés dans le sens du poil."

Jean-Emmanuel Denave, Tribune de Lyon, 7 octobre 2005


Kamikazes cosmiques, cinq corps sur un ring

"… Avec Tompkins, il faut s’attendre à tout. L’entendre hurler des discours d’Adolf Hitler suscite encore l’étonnement. Après vingt ans de fréquentation de ses spectacles, cette déstabilisation permanente ressemble fort à une qualité. Il brandit un style unique, kitschissime et moqueur, sur le tranchant duquel il affûte un point de vue sur le monde, l’art et le divertissement de masse. Pour cet iconoclaste, il ne s’agit pas d’agiter le drapeau de la provocation mais de ruer dans les brancards de la bienséance. Délibérément « too much », il l’est à fond et plus hystérique que jamais dans ANIMAL, show dément sur les rapports entre dominants et dominés, la cruauté de nos instincts…"

Rosita Boisseau, Le Monde, 11 novembre 2005


Catch kitsch 

"… Aussi diablement kitsch que musclé, camp et violement loufoque : ANIMAL, la nouvelle création de Mark Tompkins propose un univers atypique, humain et finement électrochoc. Un esprit musical entre paillettes et poussière. A la différence qu’ici la fragilité a laissé la place au masculin pluriel au régulière overdose de testostérone. Déjouer les codes, jouer sur les codes et en rire l’air de rien, serait-ce là la solution à nos maux d’animaux ? Voilà, en tout cas, un ballon d’oxygène, surprenant et vivifiant."

Olivier Hespel, L’Express, 18 novembre 2005


L’Animal Tompkins

"… Catcheurs, lutteurs de toutes sortes, ils entraînent le public dans un jeu non-stop sur les faux-semblants, les apparences, les valeurs viriles… On rit beaucoup car il s’agit d’une farce joliment enlevée. On s’attache aussi aux personnages décalés qui s’agrippent sous l’œil vigilant du grand patron Tompkins. Au détour de cette foire d’empoigne, on reconnaît l’infinie tendresse du chorégraphe, allergique à tout ce qui semble de près ou de loin à un ordre établi…"

Marie-Christine Vernay, Liberation, 15 novembre 2005


Un si joyeux enterrement…

"ANIMAL, de Mark Tompkins, est un OVNI chorégraphique à la saveur d’un cabaret dada, réjouissant, déroutant ; et réchauffé par son talent de chanteur en prime. […] Ses quatre danseurs masculins, harnachés comme forts de foire futuristes, se livrent à une spectaculaire lutte physique aussi furieuse que sensuelle. Ni vainqueurs, ni vaincus, ces gaillards de pacotille finiront épuisés, en chuchotant pour les premiers rangs ce que sont leurs frissons dans la danse…"

Gérard Mayen, Danser, décembre 2005


Le boss est la bête

"… ANIMAL est plus qu’une parodie sur la pulsion des hommes qui simulent l’agression dans l’intention de dominer.Plutôt que d’évoquer la bestialité des lutteurs, ANIMAL traite de la pulsion primaire de certains pour diriger et pour réguler. Le fait que Tompkins soit capable de présenter ce thème social brûlant sous la forme amusante d’une représentation à l’apparence polie et innocente, plaide en sa faveur."

Jeroen Versteele, De Morgen, 25 novembre 2005

L'utilisation des textes et photos présentés sur ce site sont protégés par les règles relatives à la propriété intellectuelle. Merci de nous contacter pour toute utilisation ou reproduction, même partielle, des éléments de ce site.

La Cie I.D.A. Mark Tompkins est subventionnée par la DRAC Ile-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l'Aide à la compagnie et par la Ville de Paris.

© 2017 I.D.A. Mark Tompkins | Mentions légales | admin | Création web arborescencia